مستغانم كوم
هذه الرسالة تفيد بأنك غير مسجل
ويسعدنا كثيرا انضمامك لنا..
مستغانم كوم
هل تريد التفاعل مع هذه المساهمة؟ كل ما عليك هو إنشاء حساب جديد ببضع خطوات أو تسجيل الدخول للمتابعة.

اذهب الى الأسفل
messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:31

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie ALG%C9RIE




L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Description


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Traitpetit
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Avertissement

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie V01aver
Utilisez le menu déroulant pour atteindre la page qui vous intéresse.

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 01dEPUIS treize ans nos armées foulent en tout sens le sol de l’Algérie ; depuis treize ans la France essaie à son tour d’imposer sa civilisation à cette contrée, qui ne s’est jamais appartenue, et qui néanmoins s’est toujours montrée rebelle aux dominations étrangères; depuis treize ans enfin cette conquête et notre occupation soulèvent à la tribune et parmi les publicistes les plus vives discussions. Naguère encore, malgré nos victoires, on doutait de la conservation de l’Algérie; quand une voix auguste, noble interprète de la volonté nationale est venue dissiper ces alarmes « Cette terre doit être désormais et à toujours française, » a dit le roi aux chambres réunies. « Mais, se sont écriés les esprits inquiets, pourquoi notre droit de conquête n’a-t-il pas encore obtenu la sanction des cabinets de l’Europe ? » A ce reproche, la France a montré la Méditerranée purgée des pirates et les nations affranchies par ses armes du tribut honteux qu’elles payaient aux barbares; puis elle a soulevé l’immense linceul qui recouvre ses milliers d’enfants ensevelis sur la terre d’Afrique ... Voilà ses titres de possession qui oserait les lui contester ? Qui pourrait lui en donner de plus authentiques ?
Mais là ne s’arrêtent pas les récriminations des détracteurs de cette grande œuvre. Pourquoi, disent-ils encore, après treize années de combats. Sommes-nous si peu avancés? Pourquoi toujours des ennemis à vaincre, des insurrections à étouffer? Pourquoi, après tant de sacrifices d’hommes et d’argent, ne voyons-nous s’élever sur cette terre arrosée de tant de sang aucun établissement fort et durable?"
Nous entreprenons aujourd’hui, pour notre part, de répondre à ces accusations, en publiant l’histoire complète de l’Algérie ancienne et moderne; car, avant la conquête comme depuis l’occupation, aucune étude sérieuse n’a été faite sur les dominations qui ont précédé la nôtre dans l’Afrique occidentale, et c’est parce que l’on a ignoré le passé que l’on se laisse si facilement aller à accuser le présent.
Comment les Carthaginois étendirent-ils leur domination dans l’Afrique occidentale? Par quel ingénieux système de colonisation firent-ils concourir les tribus libyennes à leur commerce, à leurs conquêtes ? Comment, à leur tour, les Romains s’emparèrent-ils de ces éléments organisés pour détruire Carthage? Comment ces peuples, qui depuis sept cents ans paraissaient façonnés à la civilisation phénicienne, acceptèrent-ils ensuite celle de Rome? Comment, après quatre siècles de soumission apparente, les vit-on passer presque sans résistance sous le joug des Vandales, puis sous celui des Gréco Byzantins, et enfin se laisser confondre dans le flot arabe qui leur imposa son langage et ses croyances?



L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 01aver


Ce sont toutes ces révolutions que nous avons entrepris d’étudier et que nous essaierons d’expliquer travail difficile, mais fécond en enseignements de plus d’un genre, surtout en rapprochements du plus haut intérêt; car cette même terre où la France voit chaque jour se former et grandir de braves soldats, d’intrépides capitaines, des généraux illustres, fut aussi le théâtre des mémorables batailles que se livrèrent Scipion et Hannibal; c’est là que César vint cueillir le dernier fleuron qui manquait à sa couronne de triomphateur du genre humain; c’est là que les factions de Rome, qui se disputaient l’empire du monde, vinrent vider leurs grandes querelles; c’est là que mourut Caton; c’est là que Pompée, Marius et Sylla consolidèrent leur gloire. Massinissa, le roi de Constantine, le fidèle allié des Romains, ainsi que ses descendants les Micipsa, les Juba, sont les types de ces chefs arabes qui, épris aujourd’hui de la supériorité de notre civilisation, se sont sincèrement ralliés à nous. Abd El-Kader, c’est Jugurtha, c’est Tacfarinas, c’est Firmus ; car en Afrique les hommes sont toujours les mêmes, les noms seuls ne font que changer; Abd-El-Kader est le successeur de tous ces esprits inquiets et ambitieux qui, à différentes époques, rêvèrent une suprématie nationale et indigène, utopie à ~a réalisation de laquelle s’opposent toujours le morcellement des tribus africaines, leurs mœurs égoïstes et leur caractère envieux.
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Vg01averLa période arabe nous fera assister à ce magnifique déploiement de la civilisation d’Orient, qui de l’Afrique envahit l’Espagne, et ne s’arrêta qu’aux plaines de Poitiers, grâce aux efforts de la France et aux victoires de Charles Martel. Nous suivrons tour à tour les Arabes et les Maures dans leurs conquêtes intérieures et dans leurs expéditions au dehors en Sicile, en Italie, sur les côtes de notre belle Provence, où existent encore tant de traces de leur passage. Puis viendra la période turque, qui répandit de nouveau les ténèbres sur les institutions sociales de cette partie de l’Afrique; époque où l’ignorance du plus grand nombre était la condition de puissance pour une minorité ambitieuse, et où la loi du plus fort, devenant la loi suprême, constituait en principe la plus hideuse tyrannie.
Enfin nous arriverons à l’ère, nouvelle que nous ne craignons point d’appeler bienfaisante; car l’un des peuples les plus civilisés de la terre a pris définitivement possession de l’Algérie, non-seulement pour répandre sur cette contrée les lumières qui fécondent à la fois le sol et l’intelligence, niais avec l’espoir aussi que les institutions importées dans ce pays franchiront les limites imposées au territoire que nous occupons, et que, dans un avenir prochain, cette immense côte qui tait face aux régions européennes pourra se trouver avec celles-ci dans une intimité de rapports que déterminera leur conformité d’habitudes et d’idées. Nous examinerons avec soin la marche progressive de nos armes, de notre administration, de nos travaux dans cette contrée; et de l’expérience des faits accomplis nous déduirons les résultats que l’on est en droit d’espérer pour l’avenir.
Dans un livre où domine l’histoire d’événements contemporains, nous avons dû nous mettre en garde contre l’esprit de parti, et ne rien sacrifier à des préventions de personnes ou d’opinions. L’impartialité a été notre principal guide; et si parfois nous avons déversé le blâme sur les actes du gouvernement ou sur ceux de ses agents, nous avons toujours obéi à des convictions puisées dans l’étude approfondie des hommes, des circonstances et des faits.

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Vgal01bNous avons foi dans la bonté de notre travail, non-seulement parce que nous lui avons voué une étude suivie et consciencieuse, mais encore parce que nous nous sommes aidé, et il ne pouvait en être autrement, de tout ce qui a été dit et écrit de mieux sur le sujet que nous traitions. Pour les temps anciens, Pline, Salluste, Tacite, Procope, nous ont fourni d’abondants renseignements, auxquels sont venus se joindre les travaux que les écrivains modernes ont consacrés à ces mêmes époques, MM. Villemain, Dureau de La Malle, Saint-Marc Girardin, D’Avezac. M. de Perrodil, que recommandent ses Études épiques ainsi qu’une élégante traduction des poésies de saint Grégoire de Naziance, a bien voulu aussi mettre à notre disposition un travail historique préparé de longue main sur l’Algérie ancienne. Les historiens espagnols, Marmol, Sandoval, Haédo, Conde, nous ont fourni de précieux matériaux sur la période arabe, que nous avons complétés au moyen des chroniques nationales. Pour la période turque, les documents ont été plus certains MM. Sander-Rang et Ferdinand Denis, avec leur monographie des Barberousse, si précise, si exacte, nous ont permis d’aborder sûrement cette époque sans contredit la plus intéressante des annales d’Alger; puis sont venus nous offrir leur concours M. de Rotalier, avec son Histoire de la piraterie des Turcs dans la Méditerranée, et M. Walsin Estherazy, auteur de récits fort intéressants sur la domination turque dans l’ancienne régence.



L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 04atlas




Parvenu enfin à l’époque de la conquête de 1830, les journaux, les mémoires, les souvenirs, les ordres du jour des officiers, des généraux et des gouverneurs, nous ont fourni une abondante moisson de documents. Le lieutenant-général Desprez, le capitaine Rozey, le général Duvivier, le colonel Lapène, le général de l’Étang, le capitaine de Prébois, le baron de Latour du Pin, et surtout le colonel Pellissier avec ses Annales algériennes si pleines de faits, si riches d’observations, ont été nos principaux guides; les publications du général Bugeaud ne nous ont pas été moins utiles; puis sont venus les voyageurs, les savants, les économistes, qui nous ont apporté les tributs de leurs recherches MM. Baude, Blanqui, Berbrugger, Aristide Guilbert, Enfantin, sont devenus souvent nos auxiliaires. Mais un ouvrage qui nous a été d’une grande utilité, et auquel nous devons une mention toute spéciale, c’est le Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie, publié chaque année, depuis 1838, par les soins du ministre de la guerre. Là se trouvent consignés, non-seulement l’histoire contemporaine de l’Afrique française, mais un grand nombre de mémoires sur divers sujets se rattachant tous à ces possessions. Plusieurs officiers de l’armée ont pris part à ces travaux scientifiques, tandis que d’autres, se livrant avec succès à la culture des arts, ont fourni à l’illustrateur de ce livre, M. Raffet, des indications sûres qui lui ont permis de donner à ses compositions la précision et la vérité qui en augmentent encore le mérite. M. d’Estienne de Lioux, chef de bataillon au 58e, a mis à sa disposition son album, riche en costumes et en sites dessinés sur place; MM. de Neveu, capitaine d’état-major, et Pourcet, aide de camp du général Changarnier, lui ont fourni aussi des croquis et des Renseignements non moins utiles. Qu’ils reçoivent donc tous ici, ces hommes dévoués, artistes, savants et voyageurs, l’expression de notre vive reconnaissance; car sans leur concours il nous eût été impossible de mener à bonne fin l’entreprise que nous avions conçue.
Dans une oeuvre aussi rapide que la nôtre, nous avons été souvent obligés, surtout dans la dernière période, de passer sous silence bien des faits isolés, d’omettre bien des détails. Pour suppléer à cette lacune, nous donnons sous forme d’appendice la biographie de tous les régiments qui ont pris part aux travaux et aux conquêtes que l’armée française a accomplis en Algérie depuis treize ans. Ce tableau, d’une exactitude rigoureuse, relevé sur les documents officiels que M. le duc de Dalmatie, ministre de la guerre, a bien voulu faire mettre à notre disposition, répondra à toutes les exigences, réparera toutes les omissions, et assignera à chacun la juste part qui lui revient.






L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03cotes
messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:32
suite: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie ALG%C9RIE


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Autrefois

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 02AVANT d’entreprendre le récit des événements historiques dont l’Afrique septentrionale a été le théâtre, avant de dérouler cette longue série de guerres et d’invasions qui ont tant de fois changé la face de ce pays, ruiné ses villes, et influé de mille manières sur l’existence de ses habitants, nous allons rapidement esquisser la physionomie de cette contrée. Nous gravirons ses montagnes; nous parcourrons ses plaines et ses vallées autrefois si fertiles, et qui offrent encore à l’industrie moderne de si grandes ressources; nous indiquerons les différentes zones de cette riche végétation africaine, ainsi que les animaux qui s’y trouvent:

Nous constaterons enfin les divers phénomènes de climatologie qui s’y succèdent, les vents qui y règnent, la chaleur qu’il y fait, les pluies qui y tombent. Ce tableau succinct, à l’exécution duquel nous avons fait concourir les documents les plus authentiques recueillis par les voyageurs et les savants de l’antiquité et des temps modernes, donnera dès l’abord une notion exacte de l’Afrique septentrionale et dégagera le récit principal de toutes les descriptions de détail dont il aurait fallu le surcharger.
Les géographes de l’Orient donnaient le nom d’île Occidentale (Magrab insula) à cet avancement que forment au nord-ouest, au delà du 30° de latitude nord, les terres planes de l’Afrique septentrionale(1) . Cette manière grandiose d’envisager une partie si importante de l’Afrique est fondée sur la nature même du pays: en effet, la projection du continent africain entre la Méditerranée, l’Océan atlantique et le grand désert de Sahara, lui donne au premier coup d’œil l’aspect d’une véritable île entourée de toutes parts d’un océan d’eau et de sable.
L’Atlas n’est pas, comme on le suppose généralement, et comme l’ont dit les géographes de l’antiquité, un groupe de montagnes isolé, sans ramifications, c’est au contraire tout un système de hauteurs qui s’étend depuis la Méditerranée jusqu’à l’Océan, et qui détache complètement cette partie septentrionale de l’Afrique du reste du continent. L’Atlas commence près des golfes de la grande et de la petite Syrte, d’où il s’élève peu à peu en vastes plateaux jusqu’à Tunis. Au nord et au sud, du côté des plaines unies de Sahara, il se dégrade en plusieurs chaînes de montagnes basses, mais très escarpées. A l’ouest, il se précipite dans le pays de Maroc, jusque dans l’Océan atlantique, et forme, en s’abaissant, des plaines montueuses, des côtes garnies de rochers et un grand nombre d’écueils qui rendent si périlleux les rivages de la Méditerranée, depuis Agadir jusqu’au détroit de Gibraltar. Mais une circonstance bien remarquable et qui doit augmenter l’intérêt qu’offrent ces premières études de la nature africaine, c’est que cette vaste chaîne de l’Atlas se trouve intimement liée au système géologique de notre continent. Les beaux travaux hydrographiques de Smith ont démontré qu’entre le cap Blanc de Bizerte et la Sicile, une suite de montagnes sous-marines, trahies par plusieurs récifs, unissent le royaume de Tunis à la Sicile, tandis que les sondages exécutés dans le détroit de Gibraltar ont pleinement constaté que si ce canal pouvait être mis a sec, on verrait les chaînes de l’Atlas se rattacher par toute leur structure à celles de la péninsule ibérique: de telle sorte qu’il est permis d’avancer que, dans les Ages antéhistoriques, l’Europe et l’Afrique ne formaient qu’un seul et même continent.
Dans l’une et dans l’autre, des ravins profonds, de riches vallées et de beaux pâturages se dessinent sur le versant des montagnes; on remarque, au delà comme en deçà de la Méditerranée, la même disposition du sol, qui s’élève graduellement en plateaux superposés au-dessus du niveau de la côte; dans les deux pays, l’encaissement de la plupart des rivières entre de hautes berges et le dessèchement périodique de leurs eaux, offrent de nouveaux traits de ressemblance non moins caractéristiques; nous mentionnerons encore ce fait constaté par des géographes célèbres, c’est que la hauteur des cônes les plus élevés de l’Atlas correspond parfaitement aux montagnes neigeuses de la Sierra Nevada, situées vis-à-vis dans l’Andalousie et le royaume de Grenade: les deux systèmes ne diffèrent que dans leurs dépressions. Le plateau d’Espagne a sa principale pente dans les vastes plaines de l’ouest vers l’Océan atlantique; du côté de la Méditerranée elle est beaucoup moins prolongée et plus escarpée. En Barbarie, au contraire, les grandes plaines de la principale dépression du plateau se dirigent, à l’est, vers la Méditerranée; celles qui vont joindre l’Océan sont beaucoup plus abruptes.
(1) (Ainsi que le fait remarquer Malte-Brun, dans sa savante Histoire de la Géographie, l’Afrique était fort mal appréciée des Grecs et des Romains. Homère connaissait la Libye, " pays, dit-il, où les agneaux naissent avec des cornes, ou les brebis mettent bas trois fois “ par an ” (Odyssée, liv. IV) — Il est impossible de tirer du texte d’Hérodote un ensemble clair et précis de ses idées sur l’Afrique occidentale. — La description de cette partie de l’Afrique, chez Strabon, prouve bien que les connaissances de son temps atteignirent à peine les bords du Niger. Il dit, il affirme, il répète que l’Afrique se termine par des déserts, soit qu’on suive les côtes sur l’Océan, soit qu’on pénètre vers l’intérieur, et que les Romains en possèdent à peu prés toutes les parties qui ne sont pas désertes ou inhabitables. — Les Romains, du temps de Pline, ne connaissaient que le tiers de l’Afrique, et le savant naturaliste lui-même possède des notions si imparfaites sur cette partie du monde, qu’il place les sources du Nil dans les montagnes de la Mauritanie. — Dans un ouvrage aussi concis que cette histoire, nous avons dû mettre de côté toutes ces fables, toutes ces assertions hasardées, pour arriver de suite aux géographes et aux voyageurs modernes, dont les travaux positifs sont à l’abri de toute critique. Pour d’autres parties, la géographie ancienne nous offrira des documents irrécusables.).

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:32
SUITE: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Traitpetit L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03cotes
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03LA physionomie générale des côtes de l’Afrique septentrionale, depuis le détroit de Gibraltar jusqu’au cap Blanc de Bizerte et au cap Bon de Tunis, où se forme le bassin occidental de la Méditerranée, et où commence la grande échancrure des Syrtes, est assez uniforme: les derniers mamelons de l’Atlas y finissent en nombreux promontoires, séparés par des baies peu profondes. La terre n’a point de saillies très considérables dans la mer; la mer ne découpe pas largement la terre, et les fleuves y sont trop faibles pour s’ouvrir de vastes embouchures.

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie V03cotes Tel est l’aspect des côtes : leur étendue, depuis Tabarque, vers l’est, jusqu’à Miliana, vers l’ouest, présente un développement de 250 lieues de 25 au degré. Les ports qu’on trouve sur cette côte sont nombreux, mais peu considérables, comme il arrive partout où les vallées sont courtes et encaissées. Les golfes de Bougie, de Koll ou Collo, de Stora, de Bône, d’Arzeu, d’Areschgoun (Rashgoum), offrent à la navigation d’excellents abris, des rades sûres et spacieuses; mais le meilleur de tous les mouillages est sans contredit celui d’Oran, appelé par les Latins Portus Magnus, et par les Arabes Mers El-Kébir, ou le grand port. A Alger, position militaire et maritime la plus décisive de toute la côte, la nature a été moins généreuse, et il faudra exécuter, comme nous le verrons plus tard, de grands travaux pour donner à son port toute l’étendue que réclame la destination de cette place. Maintenant que nous connaissons le littoral, pénétrons dans l’intérieur des terres ; et tout d’abord reconnaissons l’immense chaîne de montagnes qui constitue le caractère principal de cette contrée.

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:33
SUITE: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Traitpetit L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 04atlas

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 04cHEZ les anciens, le Mont Atlas était un héros métamorphosé en pierre; ses membres robustes étaient devenus autant de rochers; il portait l’Olympe entier avec toutes ses étoiles, et ne succombait point sous un tel fardeau; sa tête, couronnée d’une forêt de pins, était toujours ceinte de nuages ou battue des vents et des orages; un manteau de neiges couvrait ses épaules, et de rapides torrents coulaient de sa barbe antique (Dans les idées populaires de la géographie ancienne, l’Atlas était à la fois la colonne sur laquelle reposait le ciel, et la borne où finissait le monde. L’Atlas était dépeint par les géographes de l’antiquité comme un sanctuaire impénétrable, plein de désordres, de mystères et d’horreurs).
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Vg04atlas Cette personnification majestueuse et poétique de l’une des plus remarquables montagnes de l’ancien monde est en partie justifiée par le peu de largeur que présentent les bases du haut Atlas. Cette chaîne, vue de profil, ainsi que le fait observer M. de Humboldt, apparaissait aux anciens navigateurs comme une colonne aérienne isolée, supportant la voûte du ciel: de cette configuration à la tradition mythologique, il n’y avait qu’un pas; aussi s’est-elle conservée intacte de génération en génération jusqu’à nous. Un fait incontestable, c’est qu’aucun voyageur, pas même les caravanes les plus lentes, ne mettent plus de trois jours pour se transporter des plaines du nord-est à celles du sud-est.
Dans le système atlantique sont comprises toutes les montagnes qui bordent l’Océan et la Méditerranée, depuis celles appelées Montagnes Noires, près du cap Bojador, jusqu’au désert de Barcâh. Ce que l’on nomme proprement Atlas, est un groupe de plusieurs chaînes parallèles qui reçoivent différents noms des géographes. Le Grand Atlas borde l’empire de Maroc; le Petit Atlas commence à Tanger, près du détroit de Gibraltar, et se prolonge jusqu’au golfe de Sidre. On y remarque les monts Gharian ; plusieurs rameaux s’en détachent sous les noms de monts Haroudjé, que les Arabes distinguent en Haroudjé-el-Açouad ou Haroudjé noir, et en Haroudjé-el-Abiad ou Haroudjé blanc; d’autres rameaux portent les noms de monts Tiggerendoumma, Tibesty, Haïfath, ce sont ceux qui vont se terminer dans les déserts de Libye et de Sahara. La troisième chaîne de l’Atlas est celle des monts Ammer, dans l’Algérie, qui joint le Grand et le Petit Atlas aux Montagnes Noires, et dont les rameaux circonscrivent le Fezzan . C’est dans l’empire de Maroc, principalement à l’est de la ville de Maroc et au sud-est de celle de Fez, que l’Atlas atteint sa plus grande hauteur; c’est là aussi que se trouvent concentrées les neiges éternelles. Puis, à mesure qu’il s’avance vers l’est, l’Atlas se dégrade proportionnellement, de telle sorte que les sommets qui se trouvent sur le territoire algérien sont plus élevés que ceux de Tunis, et que ces derniers dépassent, à leur tour, les pics de la régence de Tripoli. Quoiqu’on n’ait pas encore fait des relevés rigoureusement exacts de ces divers sommets, on peut néanmoins établir que les points culminants du Grand Atlas, dans l’empire de Maroc, ne s’élèvent pas au-dessus de 4 000 mètres, et que ceux d’Alger ne vont pas au-delà de 3,000.
Dans l’Algérie, l’Atlas se prolonge parallèlement à la côte, et traverse cette province dans toute sa longueur. A son point culminant, il se déroule ou plutôt il s’épanouit en une vaste chaîne, dont la masse complexe, imposante, sépare le territoire d’Alger proprement dit du Sahara et le protége contre l’influence des vents du désert. Puis vers le nord, au-delà des plateaux adossés à cet immense rempart, comme une suite de terrasses, une seconde chaîne, sous le nom de Petit Atlas, s’étend parallèlement à l’autre, de l’est à l’ouest, en suivant le littoral dans toute sa longueur. Celle-ci est le point de départ d’une multitude de ramifications qui se rattachent à la grande ligne du Sahara, ou s’avancent abruptement dans la direction de la Méditerranée, et quelquefois jusque sur la côte.
Plusieurs défilés d’une physionomie pittoresque et sauvage se dessinent entre les chaînons multipliés de l’Atlas; les Turcs les appelaient Demir-Capy (Portes de Fer). Ce sont, en effet, de formidables portes, toutes taillées pour les besoins de la guerre, et dont quelques hommes peuvent facilement défendre l’accès. Le plus occidental de ces cols, dans le grand Atlas, est celui qui a reçu le nom de Bab-el-Soudan (Porte du Sultan). Les plus remarquables de l’Algérie sont les Bibans et le Teniah de Mouzaïa, tous les deux franchis par l’armée française sous les ordres du duc d’Orléans, Là où l’écartement des montagnes a laissé de plus grands intervalles, se développent de fraîches vallées et de vastes plaines à l’est d’Alger, on cite les plaines de Constantine et celle de Bône, connue sous le nom de la Boujimah; à l’ouest, les bassins du Chélif, de l’Habrah, donnent la plus haute idée de la fécondité de cette partie de l’Afrique. Dans les environs de Mostaganem, de Mazagran, d’Arzew, de Mascara, de Tlemcen, de La Calle, il y a aussi bon nombre de vallées susceptibles d’une riche culture; enfin, à quelques lieues de la capitale se trouve la Mitidja, la plus vaste et la plus belle

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:34
SUITE: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Traitpetit L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 05sol

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03LA constitution géognostique du Grand Atlas est à peine indiquée par les voyageurs européens qui ont franchi cette ligne de montagnes; nous savons seulement qu’il est formé d’une roche de quartz et de mica, appelée gneiss; qu’on distingue au-dessous de celle-ci un calcaire de sédiment inférieur, et que les couches du calcaire, primitivement horizontales, sont devenues presque perpendiculaires, par la puissance d’un soulèvement dont il est impossible d’assigner l’époque. Des roches quartzeuses, le grès, et un calcaire grossier ferrugineux, parsemé en beaucoup d’endroits de corps organisés et de pétrifications de toute espèce, paraissent constituer la plupart des collines qui se ramifient entre le grand et le petit Atlas. Les collines par lesquelles l’Atlas se termine dans le désert de Barcâh, sont des masses calcaires blanches; l’Haroudjé blanc est de ce nombre. Quant à l’Haroudjé noir, peut-être son noyau est-il calcaire, mais il n’offre que des mamelons de basalte, ainsi que l’a observé Hermann; on croit que c’est le mont Ater des anciens.
Le sous-sol des plaines est généralement argileux ou calcaire à Alger, siliceux à Bône, et calcaire ou schisteux à Oran. Le sol de la Mitidja est entièrement formé par un terrain d’alluvion. Ce sont des couches horizontales de marnes argileuses et grisâtres et de débris pierreux de différentes natures. On a encore observé que l’Harrach roule des marbres blancs et veinés, des grès, des spaths calcaires, des pierres ferrugineuses, des stalactites et des morceaux de fer, et que des troncs et des feuilles de plantes ont laissé très distinctement leur empreinte diversifiée sur ces nombreuses substances. Dans les plaines d’Oran, l’humus est beaucoup moins abondant que dans la Mitidja, et ne dépasse guère une épaisseur moyenne de sept pouces. C’est en quelques endroits une marne jaune, et ailleurs une argile rouge ou blanche. Quant à la terre végétale des plaines de Bône, elle se recommande par sa profondeur et son excellente qualité.
Les Romains avaient découvert des mines de toute espèce dans leur province d’Afrique; ils faisaient surtout un très grand cas des marbres de la Numidie, qui étaient d’un beau jaune uni, ou tacheté de diverses couleurs. Depuis, en traversant dix siècles de vicissitudes, la connaissance de ces exploitations s’est entièrement perdue; et le gouvernement algérien, avec son insouciance ordinaire, n’a voulu prendre aucune mesure ni tolérer aucune tentative qui aurait eu pour objet d’en retrouver les traces. Les preuves de l’existence de ces trésors souterrains ne s’en montrent pas moins partout à nu sur les flancs ravinés des montagnes. Les calcaires gris et noirs qu’on voit alterner avec les marnes schisteuses et le phyllade, et les schistes talqueux du Petit-Atlas et du massif d’Alger, ont fourni ou pourraient donner des grès, du marbre blanc, de l’ardoise, et des terres pour la fabrication des tuiles, des briques, etc. Dans les vallées de l’Arbâ et de l’Oued-el-Akhra, on a trouvé plusieurs carrières de gypse ou de pierre à plâtre; et plus loin, dans les gorges de l’Atlas, de très beaux marbres statuaires, de l’albâtre, de l’ocre jaune, de la terre de pipe et du blanc d’Espagne. Le calcaire tertiaire d’Oran a été employé de tout temps aux constructions de la ville. Trois gros bancs en pleine exploitation, dans la carrière de Saint-André, donnent de très belles pierres de taille.

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:35

Suite: Description physique de l'algerie

SUITE:
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Description

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Traitpetit
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 06mineraux

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03L E fer abonde dans toute l’Algérie. “ De Tabarque jusqu’au delà de Bône, dit l’abbé Poiret, le fer se présente sous toutes sortes de formes; il est mêlé à la terre glaise, qu’il colore fortement en rouge, à l’argile qu’il teint en jaune très brun, au sable qu’il noircit. Dans les ravins il dépose un ocre pulvérulent d’un rouge de sang: les fissures des grès sont remplies d’une substance noire ferrugineuse, et les pierres en sont incrustées. ” Dans les montagnes des environs de Bougie, les Kabyles exploitent depuis longtemps des mines de fer, dont les produits leur servent à fabriquer des canons de fusil, des instruments aratoires et d’autres ustensiles. Ils tirent aussi de ce sol montueux du minerai de plomb pour les usages de la guerre et de la chasse. A cinq ou six lieues de Mascara, dans les montagnes de la Tescha, il existe une mine de cuivre presque à fleur de terre. La direction du filon va de l’est à l’ouest, et, en plusieurs endroits, elle se rapproche tellement de la surface du sol, qu’elle lui communique une teinte verdâtre.

Les assertions de Pline sur l’existence de l’or et des diamants dans le nord de l'Afrique longtemps considérées comme erronées, ont été vérifiés depuis la conquête française. On a recueilli des diamants à Constantine parmi les sables aurifères de l’Oued-el-Rami, ou rivière de sable; et le nom de l’Oued-el-Dzchel (rivière de l’or), qui forme par sa jonction avec l’Oued-el-Raml, le Sou-el-Gemar ou rivière de Constantine, dit assez que les eaux de ce fleuve roulent des parcelles d’or. Des indices analogues attestent sur d’autres points la présence des mines d’argent. Les pierres précieuses que l’on rencontre le plus fréquemment dans l’Atlas, sont : les grenats, les calcédoines, et les cristaux de quartz.

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:35
SUITE:

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 07cours

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03LES sources sont très nombreuses sur le versant des montagnes et au milieu des collines qui accidentent le territoire algérien : les unes se précipitent avec fracas de rocher en rocher; les autres roulent lentement leurs eaux dans la plaine. Du mois de novembre au mois de mai, les torrents et les rivières, enflés par les pluies, grossissent rapidement, souvent même ils débordent; mais insensiblement, quand viennent les grandes chaleurs, ils diminuent, et bientôt dans leurs lits il ne reste plus qu’une grève à peine humectée par un imperceptible courant. Soit que l’Atlas se trouve trop rapproché de la mer, soit que ses versants aient été déboisés, soit que les rayons du soleil dessèchent trop rapidement la terre, toujours est-il qu’il n’y a dans l’Algérie aucun cours d’eau suffisant pour entretenir un système régulier de navigation intérieure; ils peuvent tout au plus subvenir aux besoins de l’irrigation agricole.

De tous les cours d’eau du territoire d’Alger, proprement dit, un seul, l’Oued-el-Kerma, a son origine dans le massif qui entoure cette ville. L’Harrach, la Chiffa, l’Oued-Boufarik, l’Oued-Jer et l’Hamise prennent leur source dans les montagnes du Petit-Atlas. L’Harrach, malgré le peu de largeur de son lit, est un des cours d’eau les plus importants de cette portion de l’Algérie; il coule, en serpentant, dans la belle plaine de Mitidja, et ne devient profond qu’au moment des grandes pluies. Pendant les autres époques de l’année, on le traverse à gué presque partout. La Chiffa sillonne aussi la plaine de Mitidja. Cette rivière reçoit successivement l’Oued-el-Kebir et l’Oued-Jer; elle prend alors le nom de Mazafran, et se dirige vers le nord-ouest où elle se réunit encore à l’Oued-Boufarik; puis elle contourne le massif d’Alger, perce les collines du Sahel, et se jette dans la mer à deux lieues de Sidi-Ferroudj. Le cours du Mazafran est assez rapide; mais quoiqu’en certains endroits son lit présente 400 mètres de large, et ses berges 40 mètres de hauteur, ses eaux sont peu profondes.
Les principales rivières de la province d’Oran sont l’Oued-el-Maylah, nommé aussi Rio-Salado, l’Habrah, l’Oued-Hammam, la Tafna et le Chélif ; la plupart de ces cours d’eau descendent des gorges de l’Atlas. La Tafna, qui a donné son nom au traité conclu entre le général Bugeaud et Abd-El-Kader, est une des grandes rivières de la province d’Oran. Après un cours d’environ 30 lieues pendant lequel elle est grossie par la Sickack et plusieurs autres affluents, elle se jette dans la mer, à l’extrémité orientale du golfe de Harchgoun L’Oued-el-Maylah, la rivière salée, le Salsum flumen des Romains, dont le cours a été peu exploré, justifie son nom par la qualité de ses eaux, et se jette à la mer non loin du cap Figalo; l’Habrah, réunie à l’Oued-el-hammam et à la Sig, forme près d’Arzew une espèce de marais qui se décharge dans la mer. Au delà, vers l’est, coule le Cheliff, le fleuve le plus remarquable de toute l’Algérie par le volume de ses eaux et la longueur de son cours. Il prend sa source dans le Sahara, au sud de la province de Titterie, traverse le lac Dya, décrit une ligne de 80 à 100 lieues, de l’est à l’ouest, sans jamais être obstrué par les sables, et vient se jeter dans la Méditerranée à six milles au-dessous de Mostaganem. La vallée qu’il parcourt est aujourd’hui la plus belle partie des provinces de Titterie et d’Oran. Les autres cours d’eau de cette province ne sont que des ruisseaux sans importance, qui se jettent dans la Sebkha (lac salé d’Oran), ou se perdent dans les sables.
De nombreux cours d’eau sillonnent aussi la province de Constantine; les plus remarquables sont: la Soummam, l’Oued-el-Kebir, l’Oued-Zefzag, la Seybouse, l’Oued-Boujimah et le Maffragg. La Soummam, appelée aussi Oued-Adouze et Nazabah, coule du sud-ouest au nord-est. On la trace ordinairement comme prenant sa source dans la province de Titterie, traversant la chaîne du Jurjura, et se terminant à la mer, dans le golfe de Bougie, au-dessous du cap Carbon. De ce point, en nous avançant vers l’est, nous rencontrons l’Oued-el-Kebir (le grand fleuve), le cours d’eau le plus important de cette province. Il prend sa source dans la chaîne du Grand-Atlas, à plus de cinq journées de marche de Constantine. L’Oued-el-Kebir, appelé aussi Oued-Rummel dans la partie supérieure de son cours, coule du nord au sud sur un plateau élevé, perce plusieurs contreforts du Petit-Atlas, tourne autour des murs de Constantine, et déverse ses eaux dans la mer entre Djidjelli et le cap Boujarone. Après avoir franchi l’Oued-Zhoure et l’Oued-Zeamah, nous nous trouvons sur les rives du Zefzaf, qui prend sa source sur le versant nord-est du Djebel-el-Ouache, et se rend, par un cours d’environ douze lieues, dans le golfe de Stora auprès de Skikida. En s’avançant encore vers l’est, on rencontre la Seybouse, dont le cours accidenté embrasse une étendue de 40 lieues; formée par la réunion de l’Oued-Zenati et de l’Oued-Alligah, ses eaux sont très profondes dans la vaste pleine qu’elle parcourt, et à son embouchure dans le golfe de Bône, elle reçoit les petits navires de cabotage; les sandales peuvent même remonter son cours, jusqu’à une assez grande distance de la mer.
Le versant méridional de l’Atlas algérien, généralement plus aride que le versant du nord, et offrant aux eaux beaucoup moins d’ouvertures, produit cependant deux fleuves considérables : le Medjerdah (le Bagrada des Romains), qui appartient à la régence de Tunis plutôt qu’à l’Algérie; et l’Oued-el-Gedy, (rivière du Chevreau), qui, courant à l’est, allait autrefois, sous le nom de Triton, se jeter dans le golfe de la petite Syrte (golfe de Cabès); il se perd aujourd’hui dans le lac de Melgig à l’extrémité méridionale de la province de Constantine.
Il existe sur le territoire algérien plusieurs lacs ou marais, dont la constitution n’est pas sans intérêt: la plupart sont salés ou saumâtres; ils s’emplissent durant la saison des pluies, et se dessèchent en été. Au sud de Constantine on trouve le Chott, vaste marais fangeux, où croupissent des eaux saumâtres pendant les saisons pluvieuses. La Sebkha d’Oran est une énorme masse d’eau qui a 2 000 mètres de large, et qu’on voit s’étendre, du côté de l’ouest, à perte de vue, comme un bras de mer. Cependant, l’évaporation est si active pendant les chaleurs de l’été, qu’au mois de juillet les chevaux et les chameaux des Arabes passent d’une rive à l’autre presque à pied sec. Dans la plaine de la Mitidja, aux environs d’Alger, à Bône, à Arzew, il existe plusieurs lacs de cette espèce, moins importants, il est vrai, mais soumis aux mêmes lois. La qualité saline de ces lacs se reproduit dans un nombre très considérable de sources, au point que, suivant la remarque de Desfontaines, les eaux salées seraient beaucoup plus abondantes en Algérie que les eaux douces; aussi, le nom Oued-el-Maleh (ruisseau de sel) se reproduit-il fréquemment dans la nomenclature topographique des Arabes. Les eaux thermales n’y sont pas moins répandues: plusieurs de ces sources ne sont que tièdes, à la vérité, mais il en est qui s’élèvent à une haute température, comme celles de Hammam-Meskoutyn et de Hammam-Merigâh qui atteignent 76° Réaumur.
Cette abondance d’eaux salines et minérales, qui annonce une formation volcanique intérieure, ne doit pas cependant faire conclure que le territoire d’Alger soit dépourvu d’eaux douces et fraîches. Il suffit, pour en trouver, de creuser à très peu de profondeur ; souvent même on l’obtient jaillissante comme dans nos puits artésiens. Les Erouagâh, tribus qui occupent l’extrémité méridionale de la régence, pratiquent avec succès, depuis un temps immémorial, le procédé du forage, dans le but de procurer, disent-ils, une issue à l’eau douce du Bahr-that-el-Erdh. (de la mer souterraine), et ils réussissent presque toujours. On rencontre ordinairement l’eau douce à quatre ou cinq mètres de profondeur, mais jamais les sondages ne dépassent quatre-vingt mètres.

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

messaid saadane
messaid saadane
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
مشرف عالم الإتصالات و الكمبيوتر و الأنترنت
عدد الرسائل : 131
البلد : L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Male_a11
نقاط : 313
السٌّمعَة : 0
تاريخ التسجيل : 25/07/2016

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Empty رد: L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie

في الإثنين 01 أغسطس 2016, 20:36
SUITE:


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Description
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Traitpetit
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 08saisons

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 03LE mouvement des saisons et la succession des accidents atmosphériques ne se manifestent point, en Algérie, par les effets extrêmes qui, dans d’autres parties du monde, rapprochent et confondent même quelquefois les phénomènes météorologiques les plus opposés; la température n’y est pas trop chaude en été, ni trop froide en hiver, et les transitions par lesquelles elle passe d’un état à un autre, aux époques de ses plus grandes révolutions, y sont presque insensibles. En général, L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie V08ale ciel y est d’une admirable pureté, et l’air extrêmement sain (En 1837, la direction du port d’Alger a constaté 233 jours de beau temps, et 270 en 1839). Si, en quelques endroits, des émanations dangereuses s’élèvent des eaux croupissantes, cela tient à des causes purement locales, et que l’art doit bientôt faire disparaître. Les légers brouillards qu’on voit se former après le lever du soleil ne tardent pas à se dissiper sur les hauteurs du massif, et quoiqu’ils persistent plus longtemps dans la plaine, il n’en résulte aucun inconvénient. Les maladies endémiques sont inconnues à Alger, et on remarque, comme une preuve des qualités hygiéniques de l’air, que, dans le dispensaire public, la durée moyenne des traitements n’excède pas vingt-deux jours.
“ La température est on ne peut plus agréable à Alger, dit le capitaine Rozet, pendant une grande partie de l’année. Quand vient l’été, la chaleur est très vive, sans doute, mais n’est point accablante, et l’étranger s’accoutume facilement à la supporter. Un grand nombre de plantes de l’Europe tempérée, et même des environs de Paris, vivent dans cette atmosphère, qui, presque toujours chaude et jamais brillante, favorise extraordinairement la croissance des productions naturelles du sol ”.
L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie V08bLa saison pluvieuse, fréquemment interrompue par de beaux jours, se prolonge pendant six mois, de novembre à mai. Les pluies, qui, aux autres époques de l’année, ne durent guère plus d’une heure ou deux, sont alors continues et très abondantes. Presque toujours, ce sont des vapeurs marines que le vent du nord enlève à la surface de la Méditerranée et pousse dans la direction du sud. Les vapeurs, au moment où elles approchent des confins du désert, sont tout à coup arrêtées par la grande muraille de l’Atlas et refoulées sur les terres du littoral; là, par le merveilleux travail de la nature, elles se résolvent et tombent en eaux fécondantes.
Les nuits les plus froides des mois de décembre et de janvier amènent quelquefois des gelées blanches. Comme les orages sont très rares, il tombe peu de grêle; et la neige est un incident météorologique qui survient à peine une ou deux fois dans le cours de l’année. Plus fréquente dans les montagnes du Petit-Atlas que dans la plaine, elle s’y fond ordinairement avant l’expiration du mois dans lequel elle est tombée.
Mais l’Algérie a un avantage que n’ont pas beaucoup d’autres contrées méridionales; quand les pluies cessent ou deviennent rares, l’humidité continue de tempérer, sous d’autres formes, l’action trop vive de la chaleur. Pendant le jour, une vapeur aqueuse, répandue dans l’atmosphère, humecte tous les corps; et, une demi-heure après le coucher du soleil, les rosées commencent à tomber avec une si grande abondance, qu’elles pénètrent la tente du soldat, et rafraîchissent les campagnes presque autant qu’une pluie d’orage.
Sur toute la côte, comme dans le port d’Alger, les vents du nord et du nord-ouest règnent depuis le mois de novembre jusqu’au mois d’avril; ils font baisser le thermomètre, amènent les pluies et déterminent les tempêtes, dont on a cependant trop exagéré les dangers. Les vents du sud et du sud-ouest sont moins fréquents, et ceux de l’ouest plus rares encore; ces trois derniers font monter le thermomètre, et rassérènent presque toujours le ciel.
Le vent du désert, le simoun des Arabes, fait quelquefois sentir sa funeste influence dans le nord de l’Afrique. Il s'annonce a Alger par une espèce de brouillard qui se montre sur le Petit-Atlas; la chaleur devient alors insupportable, et le vent ne tarde pas à arriver. Les hommes et les animaux, affaiblis, et pouvant à peine respirer, sont obligés de chercher un abri; partout l’atmosphère est embrasée, et si la durée de ce phénomène, ou du moins sa plus grande intensité, n’était pas bornée à quelques heures, il deviendrait nécessairement la source de grands désastres.
Le climat est sain dans les environs d’Oran; il est chaud, mais les chaleurs n’y sont point insupportables, à cause des brises périodiques qui y règnent pendant l’été. Les principes qui développent ailleurs des fièvres intermittentes souvent mortelles, n’existent point dans cette province; cependant les changements subits de température, et l’usage immodéré des fruits et des boissons, produisent, si l’on n’use de quelques précautions, des maladies dangereuses. Les vents régnants sont le nord-ouest et le nord-est ; ce sont les plus dangereux. Les coups de vent se font surtout sentir en hiver ; l’été, il règne de très longs calmes, qui ne sont interrompus que par quelques heures de brise, venant du large pendant le jour, et de terre pendant la nuit. Le simoun ou khamsin y est très rare.
La province de Constantine, par sa configuration même, présente sur plusieurs points, quelquefois peu distants les uns des autres, les températures les plus opposées; c’est ainsi que le plateau de Constantine a quelquefois des neiges au mois de mai, tandis qu’à Bône il règne déjà une chaleur de 25°. Les vents y soufflent généralement du nord et du nord-est; excepté à l’époque des deux équinoxes, où, passant subitement au sud-ouest et au nord-ouest, ils amènent de fortes rafales, de la brume, des temps nuageux et de grandes pluies. C’est surtout en automne que ces intempéries ont le plus de durée; elles se prolongent quelquefois depuis les derniers jours de septembre jusqu’à la fin de décembre. Les trois mois d’hiver y sont généralement secs, et amènent presque toujours un beau printemps.
Sous le climat de Bône, des nuits humides succèdent à des journées brûlantes l’aiguille de l’hygromètre, qui pendant le jour est à l’extrême sécheresse, s’avance rapidement vers le soir à l’extrême humidité, et arrive pour ainsi dire à son maximum vers onze heures du soir, par une température de en été (On a calculé qu’il y avait à Bône, dans une année, cent quatre jours pluvieux. — Avant la stagnation des eaux de la Boujimah, la salubrité de Bône était proverbiale, c’est là que de l’intérieur de l’Afrique on venait chercher la santé, comme en France on se rend à Hyères; Il sera facile de rendre cette ville à ses conditions premières, en ouvrant une issue aux eaux de la Boujimah. Rapport sur la colonisation d’Alger).

_________________

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 404786insecte

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 242352acrobate

L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie Image


L'algerie ancienne et moderne + description physique de l'algerie 639834lclair

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un,
est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

الرجوع الى أعلى الصفحة
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى